GATROUN 1950 - 1951


 

Le 16 novembre 1950 j'arrive avec René Grimm au poste de Gatroun pour relever Pierre Brun qui est là, seul, depuis de longs mois. Mon ami Jean Chambret viendra plus tard remplacer Grimm. Gatroun, est un petit village situé légèrement au nord d'une longue et étroite palmeraie qui s'étire dans le sens nord-sud, entre le " djebel Banghenimo" et l'édeyen de Mourzouk. La région de Gatroun comprend plusieurs villages, le plus méridional est Tidjeri, stratégiquement c'est aussi le plus important car il est situé près de la bifurcation des pistes qui mènent au Tchad et au Niger. La population est noire et est composée de, fezzanais, au Nord et de, Toubous, au sud ; Les fezzanais sont placés sous l'autorité du moudir, Madhi, tandis que les Toubous dépendent du Moudir Yeskoï. A la tête de chaque village se trouve un cheikh. L'économie de la région est fondée sur le commerce des dattes; la palmeraie de Gatroun est immense, c'est certainement une des plus importantes du Sahara. Ce sont des esclaves qui assurent l'entretien des palmiers et des nombreux jardins. Malgré tous les efforts de la France, en 1950, il y a encore des esclaves au Fezzan. Certes c'est un esclavage bon enfant, les maîtres sont aussi misérables que leurs esclaves, ceux-ci proclament volontiers qu'ils sont " abids" ou " chouchans" et participent tous les ans à la grande fête des esclaves " le Samboni ". Ci-dessus le fort de Gatroun, nous sommes loin des impressionnantes murailles de Sebha ou du luxe de Mourzouk, le fort est construit en terre battue et à l'intérieur toutes nos installations relèvent du système D

Un des deux canons de 77 Italiens qui furent ramenés du "campo" (c'était le camp retranché Italien installé entre le djebel et la palmeraie et qui était destiné à arrêter les " digaullisti") (Français libres) A l'arrière-plan début de l'Edeyen, il faut marcher longtemps pour apercevoir les premiers cordons de dunes.
Arrivée d'une caravane Touboue, de gauche à droite Toubous, Jean Chambret, Belgher, Moudir Mahdi, policier Habib. Les toubous venaient, nombreux, se ravitailler en dattes dans la région, en échange ils amenaient quelques chèvres et quelques denrées comme des tomates sechées, du mil, et du beurre de chèvre.
Votre serviteur, avec ses petits amis de Gatroun il faut remarquer que ces enfants ne sont nullement effrayés par les affreux "colonialistes" qualificatif, dont on affuble, volontiers. aujourd'hui, les militaires français de l'époque.
Votre serviteur et Mohamed Kepchi. Kepchi, originaire de L'Adrar des Iforas( région de Kidal) était un des deux militaires de choc qui avait été envoyés à Gatroun, suite à la fusillade qui avait eu lieu à Tidjeri entre notre prédécesseur, Delettre, et des gens du Tibesti. Mohamed Kepchi avait été l'ordonnance du colonel Florimond, premier résident de france au Fezzan et à ce titre il s'exprimait très bien en français et connaissait parfaitement le Fezzan. Au début de mon séjour à Gatroun je fis beaucoup de sorties avec lui.
Fatnah Mouya en grande conversation avec Bob; Fatnah était chargée de ravitailler le fort en eau; tous les matins elle faisait de nombreux voyages entre le fort et le puits.
Pierre Brun dit "Bob" sur le cheval du Moudir, c'était à l'époque un des rares chevaux existant au Fezzan.

Retour haut de page / Retour index / Retour page d'accueil (sans cadre)
Retour page sans cadre

 Cliquer sur "Page sans cadre" et utiliser F11 pour voir plein écran.


Dernière mise à jour le 30/09/2004 à 13:00
© 2003 Jean Soupene
Tous droits réservés.