GHAT 1950
Je tiens à remercier Claude Bonne pour ces magifiques photos qui m'ont permis de réaliser cette page. Merci Claude.
Ghat - Entrée du bordj, siège de la Compagnie méhariste du Tassili, c'est dans ce bordj que se trouvent les installations radio.

Ghat est avec Djanet une citée Touarègue du Tassili, son nom vient de Arata ( lézard en Tamacheq), Ghat aurait été fondée au 12e siècle par les Berbères de la tribu des Ihadjenen. Située à un croisement de routes et au centre d'une très grande étendue de pâturages elle a toujours été peuplée par des nomades et a été pendant longtemps un centre de commerce d'esclaves.
Lors de l'occupation par les Français du Hoggar et du Tassili il parait que beaucoup de nobles Touaregs se seraient réfugiés dans la région tout en laissant leurs esclaves sur place.
Madani, le serviteur du père de Foucauld est là aussi, en 1950 il est très vieux et constitue la curiosité locale , quand on passe à Ghat on va voir Madani.
La medina ou vieille ville est composée de maisons construites en briques de terre sèchées au soleil et peintes à la chaux, ses rues et ruelles sont très étroites, elle est dominée par le mont Koukemen qui est lui même coiffé pr une citadelle historique.
De là haut la vue est grandiose, avec au loin, les falaises rocheuses de l'Akakus, qui s'étendent à perte de vue. L'Akakus est un grand massif qui se présente comme un grand plateau de grès relevé sur la lisière ouest où il domine la dépression de ghat et qui s'affaisse en pente douce vers un paysage dunaire qui précède les plateaux de la Messak.
Les plateaux de la Messak faisant suite à l'Hamada d' Oubari ou de Mourzouk enserrent comme un fer à cheval l'immense chateau, de dunes que constitue l'Edeyen de Mourzouk, il y a deux Messak,au nord la Messak noire ou Messak Settafet, au sud, la Messak blanche ou Messak Mellet, en gros ces plateaux s'étendent depuis le Wadi Makthandush jusqu'au col d'Anaï.

Claude BONNE - 1950 - Nous nous sommmes connus en Mai 1950 au C.I.T.T/ A.F.N de Ben Aknoun, nous, avons découvert ensemble les premières dunes du Sahara et notre base pricipale à Ouargla. Quelques jours plus tard je rejoindrai le Fezzan. En Septembre 1950,alors que je suis à Gatroun , Claude arrive à Ghat, nous sommes face à face mais entre nous il y a l'Edeyen de Mourzouk. Bonne effectuera plusieurs séjours et deviendra un de ces fabuleux radiotélégraphistes qui ont fait la légende de la saharienne . Aujourdh'ui il est revenu dans son sud ouest ou il mène une retraite très active, partageant son temps entre sa nombreuse famille et ses activités de radio amateur, en effet, lui qui habite tout près de la capitale Gasconne du jazz continue d'envoyer dans l'éther cette musiqe qui nous fut si familière il y a quelques années .

A droite Mont Koukemen
dans le lointain l'Akakus 
------------
A gauche falaises de
l'Akakus

A gauche Mont Koukemen
______
A droite dunes dans
l'Edeyen de Mourzouk

A droite Mont Koukemen

et le village de Ghat
-----------
A gauche aspects ruiniformes des falaises
de l' Akakus

A gauche Mont Koukemen
et vieux village
------------
A droite, le sable à l'assaut des rochers sur la
Messak

 

Le mont des Esprits ou des djenouns ou
l Idinen

Ghat : Le fort

Retour haut de page  / Retour index / Retour page d'accueil ( sans cadre )
Page sans cadre

  Cliquer sur "Page sans cadre" et utiliser F11 pour voir plein écran.


Dernière mise à jour le 30/009/2004 à 14:34
© 2001 Jean Soupene
Tous droits réservés.



Vous avez été

à visiter ce site depuis le 20 Aoùt 2003