SEBHA 1950 - 1952

par Jean Soupene

sebha

SEBHA le fort - Construit sur une butte ou " gara " à environ 5 km des villages de Gorda et Djedid, il est occupé principalement par les radios, il abrite surtout la centrale électrique et les émetteurs radio. Côté sud, au pied de la gara, entourés de remparts également, les bâtiments administratifs, l'infirmerie, les bureaux militaires, le logement du gouverneur, les différents mess ainsi que la réception radio.
La garnison de Sebha est composée d'une compagnie portée de légion étrangère, des sahariens du Groupement Saharien annexe recrutés parmi les Chambas, les Touaregs et les Fezzanais ( ces supplétifs constituent l'essentiel des garnisons des différents postes ). N'oublions pas les radios qui sont une quinzaine environ et le personnel des affaires indigènes.
Avec son apparence de forteresse médiévale, le fort parait inexpugnable, pourtant le18 juin 1949 il fut attaqué, et les assaillants parvinrent à y pénétrer.

Bâtiments inférieurs - Au premier plan, le mess des officiers, derrière, la résidence du gouverneur. A droite l'état major, au fond la météo, le terrain d'aviation et la piste de Mourzouk et d'Oubari.
Vue du fort côté Nord depuis la piste de Gorda. Si Sebha compte aujourd'hui plus de 100000 habitants, en 1950 il n'y a que quelques boutiques de commerçants au pied de la "gara".
Intérieur du fort côté Est - A gauche logement des officiers de la légion, au fond la centrale électrique, sur la droite les chambres des radios.

Les marches qui conduisent au fort, si je me souviens bien il y en a 132, Au premier plan, les garages, à droite l'infirmerie et les bâtiments administratifs.
Sergent chef Bolli, adjoint du chef de réseau radio.

Note - Notre camarade Bolli nous a quittés en Décembre 2002.

Visite à notre camarade de la météo - La vie à Sebha est d'une monotonie effrayante. Certains de mes camarades effectueront leur séjour de deux ans sans quitter le fort, ils n'entendront jamais parler ni de l'Akakus ni des lacs d'Oubari ni des volcans du Tibesti Srir qui aujourd'hui font l'émerveillement des touristes. Les distractions sont rares, quelques promenades, la piscine, et quelques séances de cinéma en plein air.
L'événement, le plus important de la vie à Sebha, est l'arrivée du Junker qui, tous les quinze jours fait la liaison Alger, Tunis, Sebha. Il apporte le courrier et un peu de ravitaillement, nous ne manquons pas " d'aller à l'avion " c'est pour nous une distraction, et puis nous avons toujours une petite pensée pour le jour ou le vieux "Ju " nous ramènera à Tunis.
Souvenirs - 1950 1953  Mourzouk

Retour haut de page / Retour index/ Page sans cadre / Retour page d'accueil (sans cadre)

 Cliquer sur "Page sans cadre" et utiliser F11 pour voir plein écran


Dernière mise à jour le 30/09/2004à 14:34
© 2001 Jean Soupene

Tous droits réservés.
Vous avez été

à visiter ce site depuis le 20 Aoùt 2003