VERS LE KAOUAR MARS 2005

PHOTOS  DE  PHILIPPE  LABORIE

Madama - Ancien poste militaire Français du Niger situé prés de la frontière Libyenne. Lorsque nous étions à Gatroun nous ne pûmes jamais effectuer aucune des liaisons radio qui étaient pourtant prévue avec Madama,Chirfa, Dirkou et Zouar. Ces postes se trouvant sur les territoires de l'A.O.F et de L'A.E.F étaient tenus par la coloniale, nous savions par René Grimm qui avait escorté un convoi de la T.A.T jusqu'à Fort Largeau qu'ils n'étaient pas mieux lotis que nous au point de vue matériel et qu'ils étaient très décalés au point de vue fréquences.
Nous aurions pu nous rendre à Madama pour nous régler mais nous ne disposions pas de poste portatif.
Madama, du fait de sa position était très isolé et par conséquent difficilement ravitaillable , j'ai lu sur le Saharien qu'avant la deuxième guerre mondiale des militaires et notamment des radios furent atteints de béribéri et moururent dans d'atroces souffrances, les Italiens, qui avaient entendu les appels de détresse, pensant que le poste avait été abandonné, dépêchèrent depuis Ghat un peloton méhariste, mais à leur arrivée à Madama, les Français étaient toujours là et l'officier Italien dut prétexter une erreur pour expliquer sa présence sur le territoire Français, les Italiens furent raccompagnés à la frontière.
En parcourant les chroniques du Saharien on se rend compte qu'il se passe encore bien des choses dans cette région : en janvier 1997 affrontement armé à quelques kilomètre de Madama, plusieurs morts, en mai 1998, 50 voyageurs venant de Libye meurent de soif, en septembre de la même année combat au mortier à Madama mais l'incident le plus grave a lieu en mai 2001, 140 Africains , partis du Niger et entrés clandestinement en Libye ont été retrouvés morts de soif dans l'Edeyen de Mourzouk suite a une panne de leur camion. je ne peux m'empêcher de penser aux chauffeurs des camions de hadj el kadafi qui en 1950 moururent de soif eux aussi non loin de là , décidément le progrès ne suit pas la courbe du temps
.A l'époque j'aurais bien aimé aller à Toummo mais je n'en eus jamais l'occasion.
Allons-y donc avec Philippe Laborie

Vers Toummo !
Dans le reg de l'èdeyen de Mourzouk, sous une pluie battante.

Toummo - La piste du terrain d'aviation construite entièrement avec des plaques de dèsensablage en vue du passage du Paris Dakar en 1989
Toummo - vue depuis la piste d'atterrissage sur les montagnes environnantes

Toummo - Vue sur la montagne à sommet tronqué qui me rappelle
étrangement le djebel Domazé.

Madama. Les installations du poste Frontière, passage obligatoire pour rentrer au Niger.
Madama : après l'indépendance, l'ancien poste militaire servit de bagne
Les aventuriers du désert
A droite le Fort de Dao Timi, construit également par les Français.

À gauche camion de migrants

Rares sont les voyageurs qui n'ont jamais rencontré ces camions surpeuplés et surchargés qui transportent les africains, fuyant la sécheresse, la famine, ou tout simplement attirés par l'opulente Libye, les photos ci- dessus ayant été prises par Philippe Laborie je ne puis dire exactement dans quel sens se dirigent ces camions. Je pense que ce sont des Mercédès, les libyens en emploient beaucoup dans leurs administrations. Après avoir fait leur temps ils sont revendus et leurs nouveaux utilisateurs les transforment et les adaptent pour le transport des Africains, ici étant donné l'importance du chargement on peut penser que les " aventuriers de la peur" rentrent dans leur pays avec leurs économies et leurs achats mais attention à la douane! comme un peu partout en Afrique le" racket " est de rigueur, le flux et le reflux ce ces pauvres gens est une source de revenus inestimable.
À tous ceux qui ont trouvé insoutenables, les images de centaines d'Africains tentant de franchir les barbelés de Melilla, je conseille de visiter le site de Monsieur Bensaad, Maître de conférences à l'institut de géographie de l'université Aix-Marseille-1, chercheur à l'institut de recherche et d'étude du monde arabe et musulman, vous en saurez beaucoup plus sur ce flux migratoire peu connu.

LE TÈNÈRÈ, OU LES MIRAGES D'UNE VIE MEILLEURE
VOYAGE AU BOUT DE LA PEUR AVEC LES CLANDESTINS DU SAHEL

http://www.monde-diplomatique.fr/2001/09/BENSAAD/15645

Si vous voulez continuer jusqu'à Agadez avec Philippe Laborie cliquez sur le lien ci-dessous

http://expeditionteneremoto.net

 

Retour haut de page / Retour index / Retour page d'accueil (sans cadre)
Retour page sans cadre

  Cliquer sur "Page sans cadre" et utiliser F11 pour voir plein écran.


Dernière mise à jour le 30/09/2004 à 13:00
© 2003 Jean Soupene
Tous droits réservés.