GATROUN - VISITEURS 1950 -1952

par Jean Soupene

Pendant l'année passée à Gatroun, nous nous sentîmes bien seuls et bien isolés, néanmoins nous eûmes quelques visites. Il m'est très difficile d'exprimer aujourd'hui combien nous étions heureux de voir des gens mais aussi combien nous avions mal au coeur de les voir repartir.
Parmi les visites les plus marquantes, il faut citer celle de la mission Britannique conduite par le Major Cambell.

À gauche le Major Cambell
À droite, le sgt chef
Lagarde et le Major Cambell

Le major Cambell et son collègue officier s'exprimaient très bien en Français et furent très aimables avec nous. Nous leur fîmes les honneurs du fort et nous les reçûmes du mieux que nous pûmes. Je leur servis de guide dans la visite des villages de Gatroun et d'el Baghi. Bien que n'ayant reçu aucune consigne de la subdivision, nous fîmes pour le mieux et tout se passa très bien.


 
Nous reçûmes également, la mission conduite par l'Aumônier Général de l'armée Italienne, qui était chargée de rapatrier les corps des soldats tués lors des derniers combats pour la prise de Gatroun.
Ci-dessus, les militaires venus rendre les honneurs et l'exhumation des corps

ci-contre, joueur de gheita ( reita)
Nous eûmes également l'honneur de voir à Gatroun le Colonel Sarrazac, Résident de France au Fezzan.( Le colonel Sarrazac était à la tête du groupe méhariste de la colonne Leclerc lors de la conquête du Fezzan.)
A son départ il tint à nous voir et nous adressa quelques mots.
Nos visiteurs préférés furent le Lieutenant médecin Shmitt, le Capitaine Perrotte de la légion et les gens de la TAT.

TAT- Transport Automobile Tunisienne

Ci-dessus, arrivée d'un groupe de Toubous. Ce seront de loin nos visiteurs les plus nombreux.
L'évènement le plus dramatique auquel nous fûmes confrontés fut certainement la perte des camions de Hadj el Gadhafi. Début 1951 nous fûmes informés par le bureau des transports de Sebha du départ à destination de Zouar de camions appartenant à Hadj el Gadhafi, le lendemain nous signalâmes le passage du convoi à Gatroun .Quelques jours plus tard nous reçûmes l'ordre d'envoyer une patrouille sur la piste de Zouar en vue de rechercher les traces des camions de Hadj el Gadhafi qui n'étaient pas arrivés à destination. La patrouille revint bredouille, les expéditions successives de la légion n'eurent pas plus de succès. Exactement quarante jours après le passage du convoi, des Tebous se présentèrent au fort, je leur fis demander s'ils n'avaient pas vu des camions, après quelques hésitations ils dirent effectivement avoir aperçu des camions au loin mais qu'ils ne les avaient pas approchés car ils avaient eu peur.
Nous donnâmes l'alerte aussitôt, le lendemain la légion était là, Chambret partit avec les légionnaires pour assurer les liaisons radio, un Tebou leur servit de guide.
Le lendemain tout le monde était de retour, il y avait un survivant! Que s'était-il passé? Les malheureux avaient fait tout ce qu'il ne faut pas faire, tout d'abord ils avaient roulé de nuit, s'étaient égarés, avaient paniqué pour retrouver la piste, avaient sans doute essayé de rebrousser chemin puis à court de carburant et à l'arrêt, après avoir épuisé toute l'eau y compris celle des radiateurs ils étaient tous partis sauf le survivant dans des directions différentes.
Le survivant lui était resté sous son camion et pendant la nuit il avait encore la force d'ouvrir des boites de pêches et de boire le sirop mais il était temps que les secours arrivent car il avait déjà été attaqué par les gerboises. Les morts furent roulés dans des toiles de tente et ensevelis sur place , un détail macabre avait beaucoup frappé Jean; le sommet du crâne de tous les cadavres était percé d'un trou, sans doute était-ce l'oeuvre des gerboises. Quelques jours plus tard Hadj el Gadhafi vint au fort nous remercier pour notre participation aux recherches, mais nous n'avions fait que notre devoir.
Aujourd'hui avec Jean Chambret nous nous posons une question, y avait-il un rapport entre Hadj el Gadhafi et le Colonel du même nom? Le berger des Syrtes est-il le fils d'un riche commerçant ? De toute manière Hadj el Gadhafi était certainement tout comme le chef de l'état Libyen, issu de la grande tribu des Gadhadefah dont les terrains de parcours se trouvent au fond du golfe de Syrte.

J'ai dit à propos des victimes " Ils ont fait tout ce qu'il ne faut pas faire, ils ont roulé de nuit....etc ".J'ai réfléchi à toutes les imprudences commises lors de mes séjours sahariens elles sont nombreuses je vous en raconte deux qui ne sont pas mal, dans les pages Agades et Talak, mais contrairement aux malheureux chauffeurs de Hadj el Kadhafi nous avions eu de la chance.

 

Gatroun (3)

 

Retour haut de page / Retour index/ Retour page d'accueil (sans cadre)
Page sans cadre/

 Cliquer sur "Page sans cadre" et utiliser F11 pour voir plein écran

----------------------------------------

Dernière mise à jour le 30/09/2004 à 13:00
© 2003 Jean Soupene

Tous droits réservés.